Communiqué d'Ensemble ! 34
Oxylane dans les cordes…


Le projet Décathlon/ Oxylane, vient d’être recalé par le commissaire enquêteur concernant le Plan local d'urbanisme de St Clément de Rivière.
Sa conclusion  est claire : Le  volet  Oxylane  doit  être  retiré  du  PLU,  l’OAP  du  secteur  du  « lotissement multi-activités  Oxylane »  doit  être  supprimée et  les  parcelles  prévues  pour  la réalisation du projet Oxylane, notamment les parcelles cadastrales BY17 et 50 et BZ 1,10,11,12,13 doivent être classées en secteurs agricoles ou naturels ;
La balle est maintenant dans le camp de la Commune de St Clément de Rivière qui doit évidemment mettre en application les conclusions claires et sans appel du rapport de l’Enquête publique.  

Depuis 6 ans, Ensemble ! 34 soutient la lutte du collectif Oxygène et nous  nous réjouissons de cet avis qui prouve la justesse d’un combat pour  préserver les terres agricoles, la biodiversité, et sauvegarder  un maillon essentiel de la ceinture verte de l’aire montpelliéraine.

--------------


Collectif Oxygène : Communiqué de Presse
 
L’enquête Publique sur le projet de PLU de Saint-Clément-de-Rivière s’est terminée le 18 juin dernier, et le rapport du Commissaire Enquêteur vient d’être publié. Le Collectif Oxygène, opposé depuis bientôt 7 ans au projet Oxylane , se réjouit des conclusions et avis motivé du Commissaire, favorable au PLU mais assorti de trois réserves, dont l’une porte précisément sur le projet d’installation de cette grande zone commerciale.  
 
Le  volet  Oxylane  doit  être  retiré  du  PLU,  l’OAP  du  secteur  du  « lotissement multi-activités  Oxylane »  doit  être  supprimée et  les  parcelles  prévues  pour  la réalisation du projet Oxylane, notamment les parcelles cadastrales BY17 et 50 et BZ 1,10,11,12,13 doivent être classées en secteurs agricoles ou naturels ;
Cette réserve est motivée par le Commissaire qui a pris en considération la balance entre les  différents aspects du projet. Pour les aspects négatifs, le rapport relève « la consommation d’espace  agricole de qualité », « l’impact sur le fonctionnement hydraulique de la zone et la ressource en eau », «  l’aggravation des conditions de circulation sur les voie d’accès », « la  pression  économique  sur  les  entreprises  locales  du  même  secteur  d’activité » ; pour les  aspects positifs, il constate que  « Le seul élément présenté comme positif par le porteur du projet est l’impact économique et la promesse  de  création  d’emplois  (bien  que  celle-ci  ne  soit  pas  chiffrée  et  ne  fasse  l’objet d’aucun engagement par les promoteurs des enseignes commerciales) » mais remarque ensuite que «Toutes  les  études  récentes  démontrent  l’affaiblissement  de  l’impact  économique  des  zones commerciales implantées en périphéries des agglomérations. »
 
Nous saluons le travail remarquable effectué par le Commissaire Enquêteur qui, pour étayer son analyse, s’est appuyé, d’une part sur les avis institutionnels des « Personnes Publiques Associées » et, d’autre part, sur les très nombreux avis argumentés qui ont été déposés par le public (1 252 observations concernant Oxylane, dont 1246 défavorables et seulement 6 favorables). De toute évidence, le Commissaire a été sensible à la qualité et à la variété des arguments qui y étaient développés.
 
Nous tenons à souligner que cette participation exceptionnelle, en quantité comme en qualité, traduit une vive préoccupation face aux enjeux liés au bouleversement climatique, et à la nécessité vitale de préserver les terres agricoles et la biodiversité. Elle montre une volonté forte de sauvegarder un maillon essentiel de la ceinture verte de l’espace urbain montpelliérain. Encore plus largement, elle fait apparaître ce projet comme emblématique d’erreurs d’aménagement du territoire encore trop fréquentes.  
Nous sommes ainsi particulièrement satisfaits de voir que ces arguments, que nous portons dans ce long combat avec un nombre toujours croissant de personnes, sont enfin reconnus et pris en compte dans une enquête publique.
 
La réserve posée dans l’avis favorable au PLU,  met la commune de Saint-Clément-de-Rivière au pied du mur, face à ses responsabilités. Le Commissaire Enquêteur lui rappelle qu’elle a aujourd’hui la possibilité de «sortir par le haut » de ce détestable projet, et lui démontre qu’elle peut le faire en cohérence avec le Code de l’Urbanisme, et sans remettre en cause le reste du projet de PLU. La commune peut, et devra, tenir compte des conclusions sans appel du rapport d’Enquête Publique.
Il serait incompréhensible qu’elle ne saisisse pas l’occasion qui lui est offerte.
 
Par ailleurs, de nombreux élus communautaires,  départementaux et régionaux partagent le sentiment que le projet Oxylane n’est pas opportun. Nous souhaitons, qu’avec leurs collectivités, ils apportent leur aide à la commune de St Clément-de-Rivière pour oublier Oxylane et pour développer sur le site un projet nourricier agroécologique en phase avec les besoins réels de la population.
 
Collectif Oxygène, le 30 juillet 2021. https://collectif-oxygene.fr