Communiqué de presse d'Ensemble ! 34 sur la répression policière

Ce samedi 5 janvier 2019 les violences et la répression policières à l'encontre des Gilets Jaunes ont atteint un degré inédit en France mais aussi à Montpellier.

Sur Montpellier, nous avons en effet constaté des tirs de flash-ball, dont au moins un à bout portant, le gazage des rues et des ruelles de l’Écusson en plein après-midi à l'heure où des familles, des enfants y circulent... Cette situation est inacceptable et ne peut que nous révolter. Ces violences d’État doivent cesser.

Après avoir tenté le pourrissement pour stopper le mouvement des Gilets Jaunes et ne pouvant offrir de réponse politique à ce mouvement aux exigences légitimes de justice sociale et de démocratie qui en ressortent, Macron et sa clique tentent maintenant de sortir de cette crise politique par la violence, la répression et l'affrontement. Cette violence de l’État contre le mouvement des Gilets Jaunes risque de s'aggraver encore.

Ensemble! 34 répond positivement à l'appel du NPA pour qu'une vaste campagne unitaire soit lancée pour dénoncer le choix politique de Macron et Philippe d'aller à l'affrontement, pour imposer une amnistie générale et sans condition pour toutes les victimes de la répression policière et judiciaire, pour exiger l'abandon et l'interdiction de toutes les armes dites non-létales mais qui mutilent ou tuent, pour que toute la lumière soit faite sur l'ensemble des responsables de ces violences policières.

Le mouvement des Gilets Jaunes pose de façon juste les questions d'urgence sociale, de justice fiscale, d'urgence démocratique mais aussi d'urgence écologique.
Ces urgences ne se résolvent pas à coup de flash-ball et de gaz au poivre. Ce sont des réponses politiques qu'il faut avec une réforme profonde de la fiscalité; une autre répartition des richesses en faveur du travail et non du capital; un renforcement, un contrôle par les salarié.e.s et une extension de la protection sociale; un développement et une appropriation citoyenne des services publics; un changement de nos institutions en commençant par l'instauration de RIC législatif, constitutif, révocatoire et abrogatoire; la mise en place d'une véritable transition écologique pour lutter contre le réchauffement climatique, la disparition de la biodiversité et les pollutions...

Si les annonces faites par Macron n'ont pas répondu aux attentes populaires, ce n'est pas la violence d'Etat qui nous fera taire !