Notre Dame Des Landes : nous exigeons un cessez-le feu immédiat !

Communiqué unitaire héraultais :

Notre Dame Des Landes: nous exigeons un cessez-le feu immédiat !

Stop à la violence d’État ! Solidarité avec la ZAD !

 

gendarmes_camions_remontent_quittent_la_saulce_v_1.png
 
photo : reporterre.net

 

 

Dans la foulée des répressions violentes des mouvements étudiants, des mobilisations de soutien aux migrants, l'opération "Césera2" lancé cette semaine par le gouvernement Macron-Philippe-Collomb-Hulot montre le caractère libéral-autoritaire de leur politique et de leur monde.
Loin des journalistes, exclus de la zone où se déchaîne la violence d’État, une opération militaire sans précédent se déchaîne en plein cœur du territoire national, évacuant dans la violence et détruisant de nombreux lieux de vie.

Le gouvernement refuse ainsi une sortie pacifique du conflit permettant comme au Larzac dans les années 80 de préserver la richesse des expériences du Commun développées dans ces années de Lutte à NDDL. Ils montrent ainsi que ces expérimentations dessinant d'autres possibles, un autre rapport à la Terre, à la démocratie, sont inacceptables pour eux et les intérêts qu'ils défendent. Ils veulent effacer la victoire politique que signifie l'abandon du projet d'aéroport.

En dépit des multiples appels à l'arrêt des expulsions, à un cessez-le-feu, le gouvernement l'opération militaire d'évacuation de la ZAD de Notre Dame des Landes. D'heures en heures les destructions s'accumulent, le nombre de blessés augmente.

Grâce à la résistance des habitant.e.s de la ZAD et des dizaines de personnes qui les rejoignent chaque jour, grâce à la solidarité active de toutes les composantes du mouvement d’opposition au projet d’aéroport, grâce aux dizaines de rassemblements et manifestations qui se sont tenus et se tiennent dans tout le pays, et malgré l’énormité des moyens mis en œuvre  et la violence inouïe de l’intervention, le gouvernement est aujourd’hui en train d'échouer dans sa démonstration de force.
C’est pour cela que les heures et jours qui viennent s’annoncent encore plus violents et dangereux.
C’est pour cela qu’il faut que de partout s’affirment la solidarité avec les paysan.ne.s et habitant.e.s de la ZAD et l’exigence de l’arrêt de l’intervention militaire.

Nous, forces politiques, forces syndicales et associatives, Nous condamnons la violence d’État et les expulsions.
Nous sommes solidaires de la ZAD et de celles et ceux qui la défendent. Nous appelons à la résistance dans l’unité.

Avec eux nous continuons d'exiger :
- que les paysan-ne-s et habitant-e-s expropriés recouvrent pleinement leurs droits.
- l'arrêt des expulsions de celles et ceux qui sont venus habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y vivre ainsi qu’à en prendre en soin.
- la prise en charge des terres de la ZAD par le mouvement dans toute sa diversité - paysans, naturalistes, riverains, associations, anciens et nouveaux habitants.

Avec eux nous exigeons :
- l'arrêt de l'opération militaire
- l'arrêt des expulsions, de la répression et des violences.

- l'ouverture de négociations sur l'avenir du site et de ses habitants

 

Premiers signataires : Alternative Libertaire Montpellier ; Attac 34 ; CGA Montpellier ; Ensemble! 34 ; Groupe d' Action FI Luttes Sociales Montpellier ; LDH 34 ; NPA 34 ; Parti de gauche 34 ; SNESUP-FSU-UM ; Solidaires 34 ;

 

Voir le film "Je n'étais jamais venue sur la ZAD". Documentaire réalisé en collaboration entre des habitant-es de la ZAD, le réalisateur Leo Leibovici et l 'actrice Lizzie Brochere. (Janvier 2018) :

https://www.youtube.com/watch?v=f04PFWcr63Q

Et aussi, Sur la ZAD, l'évacuation de la ferme des cent noms :