SNCF : Défendons et développons le service public ferroviaire ici et maintenant !

Ensemble!34 a interwievé  Serge Laurens du collectif pour la relance de la ligne « Sommières - Montpellier ».

img_1067.jpg
 

 

 

 

Pourrais-tu présenter les objectifs de votre collectif ?

Double objectif : la réouverture de la ligne Montpellier/Sommières et l’amélioration de la desserte Lunel-Montpellier

Jusqu'à quand ont circulé des trains entre Sommières et Montpellier ? Où peut-on voir des reliques de cette voie ?

Le service voyageur a été effectif jusqu’en 1970, le tracé, les ouvrages d’arts (ponts …) existent toujours, de même que les gares.

Quelles seraient les gares que desservirait cette ligne ? Combien d'usagers potentiels pourraient l’emprunter ? Pour quel type de fréquentation en semaine ? En week-end ? Touristique ?

Cette ligne pourrait desservir les mêmes villages : Boisseron, St Génies, Castries, Vendargues - en particulier en semaine- en cadencement aux heures dites de bureau. Pour exemple Castries Montpellier en train c’est 10 mn pour 45 mn en voiture. Quant au potentiel entre Castries et Vendargues c’est plus de 25 mille véhicules jours et 10 mille à l’entrée de Castries…

Y a t-il un intérêt pour un « fret-local » également dans le développement de cette ligne ?

Et oui ; il existe un embranchement avec la Zone Industrielle de Vendargues qui possède son propre réseau ferré !

On parle parfois de projet Tram-train est-ce une possibilité pour cette ligne ? En quoi cela consisterait-il ? Est ce envisageable avec le réseau TAM existant sur la métropole de Montpellier ?

On peut envisager d’y faire circuler un tram-Train avec raccordement à la ligne 2 du tram dans la zone Le Cres- Sablassou  avec une antenne de l’Aiguelongue jusqu’à la ligne 1 au niveau de St Eloi en direction des hôpitaux et des facultés soit un axe Sommières hôpitaux facultés sans changement ce qui représente 7 km de ligne de tram à construire.

Quel serait le coût de la relance de cette ligne en terme d’aménagement de ligne, d'équipement, de fonctionnement ? Quelles pourraient être les sources de financement ?

Le renouvellement complet d’une voie ferrée pour un TER c’est 1 million d’euros du km, pour donner une idée ce que cela représente : une 2X2 voie c’est 7 millions d’euros du km, la ligne 2 du tram c’est en moyenne 20 millions d’euros du km. Le financement est largement à la portée des collectivités et de l’état.

En terme de CO2 et de lutte contre le réchauffement climatique, quel gain apporterait la relance de cette ligne Sommières – Montpellier ? Quelle économie d'énergie cela permettrait-il ?

Avant de parler de CO2, dans notre département on compte 2 morts par semaine sur les routes plus les blessés graves marqués à vie et toutes les autres victimes.
Oui cette pollution a des effets dramatiques sur la santé en particulier sur celle des enfants et des femmes enceinte : réduction de la capacité thoracique entrainant des complications pulmonaires et cardiovasculaires et leucémies des enfants ( ce n’est pas nous qui l’affirmons ce sont des professionnels de santé).

A titre indicatif une voiture c’est 150g/km de CO2 et 2g/km pour un voyageur utilisant le train.

Ce projet de réouverture de la ligne ferroviaire entre Sommières et Montpellier pourrait-il être complété par une réouverture de la ligne Le Vigan – Nîmes ?

Nous n’avons pas à ce jour travaillé cette question, mais cela semble intéressant.

Ces mois-ci, dans les médias, est orchestrée une campagne de dénigrement plus ou moins bien déguisée à l'encontre de la SNCF et des cheminots, préparant la sortie du projet de « réforme » de la SNCF par le gouvernement Macron -Philippe. Quels sont pour toi les points importants de cette contre-réforme de la SNCF ?

On sort du cadre de l’objet de notre association, cela dit le plus grand danger c’est la fermeture pure et simple de lignes dites petites -ou pas d’ailleurs- au motif de « pas assez rentable ». Peu importe le service rendu aux populations, alors ne parlons pas pour la réouverture de ligne ! Au fait toutes les routes sont-elles rentables, et pour autant faut-il les fermer ?

Concernant votre collectif quelles vont être les prochaines étapes importantes dans les mois qui viennent ?

Se rassembler avec les autres associations pour porter nos projets ensembles dans le cadre d’un service public SNCF.

                                                               -----------------------

Le refus de remettre en service des lignes de proximité comme nous en avons ici un exemple, la politique ferroviaire avec le choix du tout LGV délaissant l'entretien des voies existantes, du réseau, abandonnant le fret ferroviaire, libéralisant les transports de voyageurs témoigne là encore d'une volonté de mettre fin au service public.

Des alternatives existent : la remise en service ou la modernisation des voies existantes permettant la circulation de trains rapides assurant les dessertes, les trains du quotidien de proximité, assureraient un maillage du territoire au service des populations.

Ensemble !34  sera partie prenante des mobilisations locales comme nationales et portera les alternatives pour des trains pour toutes et tous dans un service public de qualité.