Montpellier accablée mais debout !

Ce vendredi 30 mars, les étudiant-es de Montpellier réclamaient justice. Plusieurs centaines d’étudiant-es et leurs soutiens (500 selon la préfecture) se sont rassemblé-es puis sont parti-es en manifestation de la faculté de Droit vers le boulevard du jeu de Paume pour s'arrêter sur la place de la Comédie.

Capture.PNG
 

En tête de cortège les antifas scandaient : «Facho, casse-toi ! Montpel est antifa ! »

 

La manifestation étudiante était accompagnée de personnes solidaires, de soutiens syndicaux (lire la lettre ouverte de l’intersyndicale-Universités : Lettre ouverte 2018 03 29-2.pdf  et la réponse de l'intersyndicale au Figaro : Droit-reponse-Figaro-finalise.pdf), d’organisations politiques d'associations diverses, de la ligue des droits de l’Homme et d’élu-es.

Elle était organisée par par le comité de mobilisation, des étudiant-e-s et des doctorant-e-s de la Faculté de Droit et Science politique ( Communiqué - appel à la marche du 30 mars.pdf), suite à l’agression d’étudiant-es par un groupe cagoulé et armé (dont au moins un professeur) avec l’implication du doyen de la fac de droit le 23 mars. Voir nos articles :

Montpellier. Attaque de nervis contre les étudiants à la fac de droit
Démission du doyen P. Pétel après l'attaque d'étudiants par une milice fasciste: une première victoire !
Les nervis de la Fac de Droit n’ont pas éteint la flamme de la mobilisation !
Retour sur les violences à la fac de droit de Montpellier

Ce comité de mobilisation accuse entre autre l’Etat de ne pas prendre partie dans la lutte contre le fascisme, et réclame justice. Les étudiant-es redoutent la reprise des cours à la fac de droit dans l’insécurité puisqu’ils/elles risquent de se retrouver nez à nez avec un de leur agresseur.

Le doyen P. Petel a démissionné et mis en garde à vue ainsi qu’un professeur qui ne nie pas les faits. La ministre les a suspendu de leur fonction le temps de l’enquête mais d’autres professeurs auraient été reconnus parmi les nervis et les étudiant-es craignent que l’affaire ne soit étouffée. Plusieurs plaintes n’ont pas abouties.
http://www.midilibre.fr/2018/03/29/fac-de-droit-de-montpellier-la-ministre-annonce-que-le-doyen-et-le-professeur-mis-en-cause-vont-etre-suspendus,1647809.php


A Montpellier, le mouvement étudiant en lutte contre la sélection à l’entrée de l’université est par ailleurs très fort, il s’amplifie et commence à s’étendre aux lycées. Cette lutte exemplaire est connue partout en France (et au-delà) et commence à s’essaimer dans plusieurs autres universités. Lire l’article du Parisien : http://www.leparisien.fr/societe/blocages-de-facs-et-echauffourees-l-etincelle-venue-de-montpellier-30-03-2018-7637655.php

 

Mardi 3 avril, les étudiant-es en lutte participeront pleinement à la journée de mobilisation, et à la manifestation avec les cheminot-es, les retraité-es, les personnels des EHPAD, les éboueurs, des fonctionnaires et d’autres encore. Le départ manif se fera depuis la gare. RV à 14h. Soyons nombreuses et nombreux.

Ensemble ! 34 continuera de soutenir et de participer à cette mobilisation, de travailler à l'amplification et à la convergence des luttes contre les lois anti-sociales du gouvernement Macron/Philippe, pour un monde solidaire, écologique et démocratique.

1.jpg
 
5.jpg
 
6.jpg
 
7.jpg
 
0.jpg
10.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

karak fac de droit.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visitez le blog de Karak : :http://karak.over-blog.com/