Des Montpelliérain-e-s manifestent contre l’esclavage en Lybie

Il y avait beaucoup d’émotion se samedi à partir de 17h place de la Comédie à Montpellier à l’appel d’associations et de collectifs pour dire non à l’esclavage notamment en Lybie.

20171125_174344.jpg
 

Plus de 300 personnes, de toutes origines, en lien ou non avec l’Afrique. Des prises de paroles nombreuses : le collectif du 10 mai pour la mémoire de l’esclavage Montpellier, la LDH Montpellier, le collectif des Centrafricains de Montpellier, le Comité Thomas Sankara Montpellier, le collectif migrants bienvenue 34…

Des individu.e.s ont aussi parlé en leur nom, pour partager leur colère de voir que l’esclavage existe encore et pour montrer leur solidarité avec celles et ceux qui se retrouvent dans cette situation.

La situation en Afrique, avec les dictatures, le pillage des matières premières, les cultures d’exportation au détriment des cultures vivrières, les guerres a été rappelé, car ce sont les causes premières de l’émigrations et les raisons qui font que des personnes se retrouvent en esclavage en Lybie (et parfois ailleurs comme il a été aussi dénoncé).

La guerre en Lybie puis au Mali, conséquence de cette dernière, et la responsabilité du Président Sarkozy a été rappellé.

Les personnes présentent pensent qu’il faudra continuer à se rassembler pour que cesse cette situation. La France doit entendre la voix de ceux qui dénoncent l’esclavage.

Il a été rappelé que l’espoir reste possible, que l’esclavage a été aboli plusieurs fois dans l’histoire de l’humanité et qu’il sera à nouveau aboli. Il faut pour cela que les dirigeants du monde ne restent pas sans rien faire face à cette catastrophe humanitaire.

Anne-Rose Levan

20171125_171647.jpg
 
20171125_171736.jpg
 
20171125_173220.jpg
 
20171125_173456.jpg
 

 WP_20171125_012.jpg

Un rassemblement sur le même sujet s'est tenu également à 15h. Il était appelé par l’AGLR (association des Gabonais du Languedoc-Roussillon, qui a réclamée le départ du président Ali Bongo) et soutenu par  BDS34 (boycott-désinvestissements-sanctions contre l’État israélien), le FUIQP (front uni des immigrations et des quartiers populaires), le CMF (collectif des musulmans de France) et le CCIPPP (campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien).

 
WP_20171125_015.jpg