Mouvement de grève important des animateurs et animatrices des temps périscolaires de Montpellier depuis mercredi 15 novembre.

Faute d'embauche et de moyens engagés par la mairie, le taux d'encadrement est dans certaines écoles de 1 seul adulte pour 40 voire 50 enfants !
 

grève TAP Mtp.jpg
 

Pourtant le conseil municipal a entériné par vote le Projet Éducatif de Territoire (PEdT) où il s'engage à assurer un encadrement de 1 pour 14 en maternelle et 1 pour 18 en élémentaire.

Pour toutes ces raisons, beaucoup de parents dans de nombreuses écoles de Montpellier soutiennent le mouvement des grévistes et ne sentent pas "pris en otage" par ces derniers contrairement à ce qu’on peut lire dans certains articles de journaux.
Des collectifs de parents d'élèves solidaires organisent des surveillances pendant le temps méridien, afin de permettre aux enfants de manger à l'école et de dépanner les parents qui ne peuvent pas récupérer leurs enfants pour les faire manger chez eux.

Ces parents d'élèves, solidaires du mouvement, interpellent par ailleurs la municipalité pour que des négociations soient rapidement ouvertes, que des solutions aux revendications des grévistes soient rapidement trouvées et que le taux d'encadrement de leurs enfants lors des Temps Périscolaires soit celui prévu dans le PEDT. Il demande également que les repas de cantine de ces jours de grève leur soient remboursés par le service Presto de la mairie.

Leurs revendications concernent leurs conditions de travail et le taux d'encadrement des enfants. Cet "engagement" n'est que l'application à minima du décret n° 2016-1051 du 1er août 2016 (article 3), décret qui diminuait déjà le taux d'encadrement des activités périscolaires prévu avant la mise en place des TAP en 2013 : 1 pour 10 chez les plus jeunes et 1 pour 14 chez les plus de 6 ans !