Manifestations du 12, 21 et 23 septembre : un bon début, continuons le combat !

Communiqué de Ensemble! Après les mobilisations des 21 et 23 septembre, faire front contre Macron !

 

 

3.jpg
 

Un bras de fer est engagé contre le pouvoir en place sur la réforme du Code du travail. Les mobilisations syndicales les 12 et 21 septembre ont montré que le potentiel de mobilisation issu du mouvement de 2016 contre la loi El Khomri était toujours là. Le succès de la marche appelée par France Insoumise le samedi 23 septembre qui a rassemblée une foule massive, dynamique et populaire témoigne de la disponibilité à la lutte  de nombreux secteurs.

C’est  le début d’une bataille de grande ampleur. De nombreux secteurs et collectivités commencent à discuter des conséquences concrètes des mesures annoncées par le pouvoir en place : dans les communes et les associations avec la suppression des contrats aidés, dans les écoles,  les universités et les lycées, chez les cheminots avec l’annonce de la remise en cause de leur statut, à Pôle Emploi dont les salariés sont menacés… Ce travail de conviction, d’explication est essentiel. C’est ce qui permet d’ouvrir le chemin de la mobilisation collective.

Le développement de cette mobilisation est  l’enjeu majeur de cette rentrée. Il faut soutenir massivement les initiatives des organisations syndicales et travailler à la convergence des différentes luttes, entre fonctionnaires mobilisés le 10 octobre pour défendre leur niveau de vie et leurs conditions de travail, avec les salariés du privés les chômeurs, les retraités, les étudiants et lycéens… Il faut construire un  « Tous ensemble » qui permette de faire reculer les projets du gouvernement.

Les forces politiques de gauche qui s’opposent clairement à la politique de Macron ont une responsabilité dans la situation actuelle. Elles doivent mettre leur force et leur énergie en commun pour se faire entendre dans tout le pays. La présence lors de la marche du samedi 23 de nombreuses personnalités de gauche et écologistes (Jean-Luc Mélenchon, Benoit Hamon, Clémentine Autain, Emmanuel Maurel, Pierre Laurent, Olivier Besancenot, Esther Benbassa…) et de représentants du mouvement social (Attac, Fondation Copernic, Solidaires…) témoigne de la disponibilité qui existe pour des initiatives unitaires. Une première réunion unitaire s’était tenue mardi 19 septembre pour préparer la marche du 23. Il est nécessaire qu’une nouvelle rencontre ait lieu rapidement dans les prochains jours. Plusieurs idées d’action et d’initiatives communes ont été évoquées (nouvelle manifestation à Paris fin octobre, rassemblements…). La réussite de ces initiatives doit être le fruit d’un large rassemblement de toutes les forces qui s’opposent aux orientations du gouvernement.

Le 27 septembre 2017.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Montpellier, le 12 septembre :

Une mobilisation  réussie

Entre 6000 et 7000 personnes manifestaient à Montpellier depuis l’esplanade du Peyrou contre les ordonnances Macron. Deux jours avant, personne n’était capable de savoir si la mobilisation allait prendre ou non. Au final, ce fut une belle réussite : un cortège équivalent aux plus grandes manifestations contre la loi El Khomri.

La manifestation se composait d’un très gros cortège CGT (organisatrice), de nombreux manifestant-e-s Solidaires, la FSU, des FO dissidents, les organisations politiques venues en soutien… A noter un cortège dynamique et assez jeune de la France Insoumise.  Ne doutons pas que lors des prochaines semaines les lycéen-nes et étudiant-es viendront se joindre à nous et dynamiser plus encore les manifs revendicatives.

 

Au niveau national, 400 000 (selon la CGT) participant-es, soit l’équivalent de la première manifestation contre la loi Travail. Compte-tenu de la date et de la configuration syndicale plus éclatée, c’est donc une première mobilisation très réussie

Et ensuite ?

La question qui se pose évidemment est celle de la suite, car Macron développe une stratégie de choc : faire passer toutes ses contre-réformes en même temps, rapidement, pour empêcher la riposte sociale : destruction du code du travail, puis réformes de l’assurance chômage et de pôle emploi, déconstruction de la Sécurité sociale, Etat d’urgence intégré dans le droit commun, réforme des universités avec sélection à l’entrée et fin du bac comme premier grade universitaire ….de quoi donner le tournis… et la rage !

Construire une mobilisation à la hauteur des enjeux, c’est :

  • Etre solidaires des lycéen-nes et étudiant-es, directement touché-es par ces attaques et qui viendront, n’en doutons pas, amplifier le mouvement de riposte
  • Réussir la grève et la manifestation du 21 septembre, une nouvelle étape de construction de la mobilisation sociale.
  • Faire de la journée du 23 septembre, initiée par la France Insoumise, un grand moment de mobilisation, car c’est une réponse politique cohérente contre le coup d’état social du gouvernement

Les fédérations des transports CGT et FO appellent à la grève reconductible à partir du 25 septembre et c’est une bonne chose car il est vraisemblable que seul un blocage du pays pourra stopper ce gouvernement arrogant fraîchement nommé, décidé à mettre en œuvre la marchandisation de tous les secteurs, la fin de la protection sociale et la destruction de tous les droits des salarié-es.

1.jpg
 
10.PNG
 
11.jpg
 
13.jpg
 
15.jpg
 
16.jpg
 
17.png
 
2.jpg
 
6.PNG
 
7.PNG
 
8.PNG
 
9.PNG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manifestation du 21 septembre :

manif_ensemble_21_09_17.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RETOUR SUR LE RASSEMBLEMENT A SAINT PONS DE THOMIERES :

"Retour sur le rassemblement d'hier à St-Pons.
Dix jours après le bel impact du 12, embrayer de nouveau n'était pas évident, puisque les 14 El Komhry du printemps pèsent , c'est logique, sur l'élan  de cette lutte pour un automne chaud, style Italie en 69, bon sang que c'était beau. Trois petits riens , dirait Ruffin, étayent cependant  un sentiment régalant de " déclic prometteur ".
1) La jauge (40) y était et de nouvelles voix se sont exprimées.
2) Le "unitaire " n'est pas un vain mot : Cessenon, Lunas, Laurens,Bedarieux sont montés au rond point. 
3) Contre les ordonnances ... et leur monde : les jeunes zadistes  descendus de La Figuere  dansèrent la Bella Ciao tirée du bignou de Alain.
Conclusion : la macronnerie aura du mal à passer l'hiver..."

JMV

V__0948.jpg
 
V__10C0.jpg
 
V__3F9E.jpg
 
V__8241.jpg
 
V__A8C1.jpg
 
V__AEFE.jpg