Ce n’était pas gagné d’avance

 

Exit Oxylane ce projet de nouveau centre commercial sur des terres agricoles, au nord de Montpellier, sur la commune de St Clément de Rivière.

Le jeudi 21 octobre 2021, le Conseil Municipal de Saint-Clément-de-Rivière vote le PLU en retirant Oxylane et rendant les 24 ha concernés à leur vocation agricole.

Dans la foulée, Décathlon jette l’éponge.

 

En ces temps moroses, ce n’est pas une petite victoire, car à priori, ce n’était pas gagné d’avance !

 

D’un côté,

 

  • la famille Mulliez propriétaire de Auchan, Alinéa, banque Accord, Grand frais, Saint Maclou, Kiabi, Boulanger, Kiloutou, Phildar, … et Décathlon ! Plus de 1200 magasins Décathlon sur tous les continents, 300 en France, 2 à Montpellier, et ils en veulent un troisième !

  • Les propriétaires du terrain, une riche famille, qui tient à vendre ses 24 ha, à un prix infiniment supérieur à celui de la terre agricole.

  • La mairie de Saint Clément de Rivière, endettée, veut une nouvelle zone commerciale (alors que la vaste zone de Carrefour/ Trifontaine est déjà sur son territoire) et a accordé le permis d’aménager.

  • La communauté de communes du grand Pic St Loup et son Président Alain Barbe.

 

De l’autre :

Le collectif Oxygène, qui regroupe des représentants d’associations environnementales et militant-es concerné-es.

 

Une lutte asymétrique, pot de terre contre pot de fer, et pourtant une mobilisation victorieuse.

 

Essayons de lister les différents aspects de cette lutte pour en comprendre l’issue heureuse et en tirer d’éventuels enseignements.

 

Une longue lutte victorieuse

 

Une lutte de 7 ans du collectif Oxygène : initiée en 2014 par le Collectif Oxygène composé de représentant-es de 13 associations environnementales. Victorieuse le 21 octobre 2021.

Il faut donc de la constance, de la détermination et surmonter échecs partiels et découragements.

C’est ce qui a caractérisé le noyau de militant-es du Collectif Oxygène, (disons une quinzaine) dont Françoise et Jean-Michel Hélary à qui il faut rendre un hommage particulier.

Cette longue lutte a été menée sur de multiples fronts.

 

 

 

 

1 Les recours juridiques

 

  • La Commission départementale d’aménagement commercial puis la Commission Nationale donnent l’autorisation de construire, malgré nos recours. (2014/2015)

  • La Mairie de St Clément accorde le permis d’aménager (2015). Le collectif Oxygène demande à Décathlon de respecter la législation sur la protection des espèces protégées. 14 décembre 2017 Rassemblement devant le Tribunal Administratif de Montpellier pour l’audience. Le tribunal administratif de Montpellier demande à Décathlon de revoir sa copie. Ce qui sera fait et le permis d’aménager, finalement accordé.

  • Recours contre la délibération d’approbation du SCOT Pic Saint-Loup maintenant le projet Oxylane dans le SCOT

  • Un recours concernant la loi sur l’eau est en cours.

 

Une souscription a permis de payer avocats et frais de justice.

 

Les recours juridiques ont été perdus, mais ils ont permis de gagner un temps précieux, indispensables pour les mobilisations citoyennes.

 

 

2 L’information et la bataille des consciences.

 

Décathlon faisait valoir la création d’emplois, l’argument de la proximité pour une clientèle Nord Montpellier, et tentait de faire croire à un projet ludique, voire écologique. Le collectif a donc démonté ces arguments, organisé des réunions d’information, des tables rondes, des conférences débats, tenu des stands, diffusé des milliers de tracts.

De nombreux débats : quelques exemples

  • Dès 2014, campagne d’information à Montferrier (impossible d’avoir des salles à St Clément)
    devant un public relativement nombreux (200 personnes)

  • 28 juin 2015 cinéma Utopia : participation à la projection d’un film documentaire consacré à la lutte contre le projet Oxylane pour le maintien des terres agricoles

  • Avril 2017 journée « Des Terres, pas d’Hypers » à Montferrier-sur-Lez : tables rondes, films.

  • Septembre 2017 :  Conférence/Débat « café FNE » à la Gazette-café sur le thème du « Lien entre biodiversité et aménagement du territoire illustré par le projet Oxylane ».

  • Dimanche 24 septembre 2017  interventions de Marc Dufumier, agronome et Isabelle Touzard, maire de Murviel-les-Montpellier et agronome, sur le site.

  • 6 juin 2018 Conférence de presse à la Gazette café   avec les interventions de Dominique Nurit (conseillère départementale de l’Hérault, présidente de la CLE-Commission Locale de l’Eau du bassin Lez Mosson) et Marie meunier (Conseillère régionale Occitanie et membre de la CLE), à l’occasion du dépôt du recours contre l’arrêté préfectoral « loi sur l’eau ».

  • 17 octobre 2018 Rencontre avec le député François Ruffin à la Carmagnole (Montpellier)

 

Des milliers de tracts, cafés éphémères, banderoles et stands

Sur le pont de la Valsière, près du site, sur les marchés, (St-Clément-de-Rivière, Montferrier-sur-Lez, St-Gély-du-Fesc, Grabels, Prades-le-Lez, Castelnau-le-Lez, Saint Martin de Londres, Saint-Jean de Cuculles, Claret, Montpellier-les-Arceaux, Montpellier-Antigone, etc.) et dans toutes les boites aux lettres de st Clément la rivière ; stands et panneaux d’information sur toutes les initiatives possibles ( festival de la tomate de Clapiers, marchés bio…)

Pétitions et lettre ouverte à décathlon (annexe1)

La pétition proposée à la signature ainsi que la lettre ouverte aux dirigeants de Décathlon ont été signées par un total de 10.000 personnes, dont de très nombreuses personnalités du monde intellectuel et scientifique.

 

Le relai des média : Des dizaines d’articles et de communiqués ont été envoyés à la presse.

France3, France bleu, Midi Libre, la Gazette, le Poing, et au niveau National Reporterre ont rendu compte de nos activités…

Une quinzaine de vidéos du Collectif ont été diffusées (voir annexe 2) rendant compte des arguments et des mobilisations.

 

 

Un énorme travail de conviction donc qui a fini par porter ses fruits.

Parallèlement à une prise de conscience générale : remise en cause des grands centres commerciaux de périphérie, qui obligent à l’utilisation de voitures, polluent, tuent le commerce de centre-ville, détruisent des terres agricoles de proximité, contribuent au dérèglement climatique, portent atteinte à la biodiversité.

Cette prise de conscience à conduit au niveau national la Convention citoyenne à proposer un moratoire de ces surfaces commerciales.

 

3 La recherche de tous les soutiens possibles :

 

Celui de la population locale :

La population de St Clément a été difficile à mobiliser. Au départ partagée et plutôt passive. Mais le travail d’information acharné effectué par le collectif dans la commune a conduit en 2021 plus de 1200 habitant-es à donner un avis argumenté contre oxylane, lors de l’enquête publique concernant la révision du plan local d’urbanisme. Et le commissaire enquêteur a recommandé le retrait d’Oxylane, le reclassement des Fontanelles en terres agricoles ! Gageons que cette participation de la population de St Clément a joué un rôle clé dans la décision de Conseil municipal de voter un PLU sans Oxylane.

 

 

Celui des élus :

Un important travail a été effectué en direction des élus du secteur.

Maires, conseillers départementaux, régionaux ont été sollicités et certains ont apporté leur soutien au Collectif Oxygène.

Les communes de Montferrier, Prades le lez et Grabels, ont émis des avis contre Oxylane.

De nombreux élus ont signé la pétition, et quelques-uns se sont particulièrement engagés en participant aux débats ou aux mobilisations, notamment les Maires de Grabels (René Revol ) de Murviel les Montpellier, (Isabelle Touzard), de Viols le Fort,( Anne Durand) , les conseillers départementaux (Michael Delafosse, Dominique Nurit, Renaud Calvat…), Marie Meunier, conseillère régionale, Christian Dupraz...

A chaque élection municipale ou départementale, tous les candidat-es ont été sollicités pour répondre à un questionnaire concernant leur positionnement.

 

Les organisations environnementales et politiques.

13 associations ont fait partie du collectif oxygène qui a aussi adhéré au collectif ceinture verte (autour de la métropole)

France Nature Environnement, l’ACNAT, La confédération paysanne de l’Hérault, Alternatiba, Rébellion-extinction, ont participé à des soutiens divers.

Concernant les organisations politiques le Collectif Oxygène n’a pas souhaité les intégrer au collectif, mais a bien sûr accepté leur soutien. Des militant-es EELV, PS, FI, et Ensemble particulièrement présent, ont apporté leur contribution.

 

Liens nationaux avec des associations :

Le Collectif Oxygène a fait partie de la coordination nationale « des Terres pas d’Hypers », a été en lien avec les associations du Triangle des Gonesses et d’autres luttes semblables.

 

 

4 Les mobilisations sur le terrain des Fontanelles

Elles ont été essentielles, pour faire découvrir au plus grand nombre la beauté de cet espace naturel, son utilité agricole, la biodiversité du site

 

  • Nombreux piques niques sur le terrain avec débats et animations musicales pour toucher un public familial et de proximité, informer sur la lutte.

  • Le 8 novembre 2015, en réponse à notre appel, artistes professionnels et amateurs se sont rendus sur le site pour fixer sur le support de leur choix la beauté de ce lieu menacé de destruction. Les œuvres réalisées ont été présentées à la salle municipale de la Valsière (Grabels) à Prades le lez et Montferrier.

  • En 2016,  confection d’une butte de permaculture pour réaffirmer la vocation agricole du site

  • En septembre 2020, ensemencement et plantations d’arbres fruitiers avec la Confédération paysanne et Attac

 

5 Les manifestations

 

Il s’agissait de monter publiquement, médiatiquement, la force de l’opposition à Oxylane, en mobilisant le plus largement possible. Et de prouver la détermination et la permanence de la lutte. Ces initiatives ont rassemblé diversement, de quelques dizaines à plusieurs centaines de personnes, souvent en deça de nos espérances.

 

6 L’élaboration d’un projet alternatif

La conviction du collectif est que s’opposer ne suffit pas. Le NON doit être accompagné d’un OUI. Montrer qu’un autre devenir est possible et de l’intérêt de tous. Des contacts ont été pris avec des paysans, des agronomes, des universitaires, Terre de liens, la Confédération Paysanne, pour élaborer un projet alternatif.

Sur les 24ha du terrain convoité par Décathlon, environ 20ha sont actuellement cultivés, Cette terre est cultivée depuis les temps lointains, et forme un domaine cohérent avec ses bâtiments agricoles, le magnifique Mas des Fontanelles. Cette grande valeur agricole a été confirmée par une étude pédologique  que le collectif a fait réaliser par un ingénieur agronome de l’INRA, expert pédologue, qui conclut «Nous avons là […]des sols de qualité qui […] peuvent porter toutes les cultures traditionnelles (annuelles ou pérennes) ou maraîchères.

En s’appuyant notamment sur cette étude, le collectif a élaboré un projet agricole pour ce domaine, sachant par ailleurs que de nombreux jeunes agriculteurs sont en peine de trouver des terres pour exercer leurs activités.

La préservation de terres agricoles fertiles situées, comme celle-ci, en zone péri-urbaine, est un sujet majeur, lié notamment à la production de proximité. D’autre part, le rôle des terres agricoles dans la lutte contre le réchauffement climatique est aussi un élément important, désormais reconnu.

Le projet alternatif élaboré restait évidemment suspendu à la décision de la commune de restituer aux fontanelles leur vocation agricole.

 

Conclusion ?

Une multiplicité de facteurs ont permis cette victoire. Toutefois, l’implication forte de militant-es avec des compétences et expériences diverses et complémentaires est indispensable. La confiance, la cohésion, la prise de décisions la plus démocratique et collective est aussi essentielle. Gagner la bataille de l’opinion publique, Jouer sur tous les leviers, faire appel à tous les soutiens possibles, impliquer les populations locales. Avoir une argumentation solide, déclinée sur des supports multiples, articles, tracts, vidéos, panneaux, lettres… Etre positif et non sectaire, imaginatif dans les initiatives. Avoir un objectif clair. Utiliser au mieux les médias et tous les relais.

Bref pas de recette miracle, et chaque lutte a sa spécificité. En tout cas une petite mais belle victoire, qui éclaircit quelque peu un horizon par ailleurs bien sombre.

 

Jean-Claude Carcenac, membre du Collectif Oxygène, militant d’Ensemble.

 

 

 

Annexe 1 Extrait de la Lettre ouverte à Décathlon ( printemps 2020)


 

Monsieur le Directeur général, mettons à profit ce temps de retrait, ce temps suspendu, pour réfléchir à un futur souhaitable.

Et le futur ce ne sont plus les zones commerciales en périphérie des villes. Vous avez sans doute pris connaissance des 50 propositions de la convention citoyenne pour le climat qui viennent d’être transmises au Président de la République ; voilà ce que recommandent ces 150 citoyens tirés au sort et qui ont travaillé pendant des mois :

« Stopper immédiatement les aménagements de nouvelles zones commerciales péri-urbaines très consommatrices d’espaces… ».

Ne serait-il pas sage de suivre cette recommandation ?

Depuis 5 ans, le Collectif Oxygène a multiplié les initiatives, juridiques et citoyennes, pour demander le retrait de votre projet. S’il est légitime et nécessaire de vendre du matériel de sport, vous ne pouvez pas le faire à n’importe quel prix. Vous ne pouvez pas bétonner des terres indispensables à l’alimentation de proximité sur des espaces qui permettent à tous les vivants, humains ou non, de vivre et respirer librement.  Vous ne devez pas construire un nouveau centre commercial, dont la nécessité est plus que discutable. Sur les 24 ha du domaine des Fontanelles, à la place des bâtiments, des parkings, des milliers de voitures, il vaudrait mieux y voir du blé, des oliviers, de la vigne ou des fruitiers, des fraises et des poireaux, et même quelques roses, pour la beauté du monde.

Alors Monsieur le Directeur général, regardez vers un autre horizon, abandonnez un projet inutile et néfaste. Dans la balance de la vie, notre oxygène vaut mieux que votre Oxylane.

 

Annexe 2 Vidéos du Collectif Oxygène ( Jean-Claude Carcenac)

 

La terre ou le béton : (24mn) Confrontation des arguments des partisans et opposants au projet Oxylane/Décathlon 

Présentation du projet Oxylane (mars 2015 – 7mn48) 

Décathlon, touche pas à la terre (3mn) Juin 2015 : Un « terrathlon » organisé par le Collectif Oxygène

Artistes contre Oxylane (9mn) novembre 2015 : Fixons le Paysage ! 

Des terres pas d’hypers La marche du 11 juin 2016 4mn

Table ronde du 22 avril 2017 : Intervention de Robert Siegel

Table ronde du 22 avril 2017 : Intervention de Michael Delafosse 

Table ronde du 22 avril 2017 : Intervention de Serge Azaïs 

Table ronde du 22 avril 2017 : Intervention de René Revol 

Flash Zad décembre 2017 7mn

Rencontre avec François Ruffin le 17 octobre 2018 (9:30)

Accueil du Tour Alternatiba (6:56)

Marche pour le climat 8 décembre 2018

Décathlon laisse béton rassemblement Odysseum 13 septembre 2019 4mn40

Convergence Cycliste aux Fontanelles Marche pour le climat du 29 septembre 2019 

Contre la réintoxicationdu monde 17 juin 2020 aux fontanelles (5mn)

Lettre à Décathlon Mai 2020 

Des semences ou du béton ? 5mn45 26 septembre 2020

 

 

Reportages TV

Reportage de FR3-Montpellier sur le pique-nique du 28 mars 2015

Reportage de FR3-Montpellier du 28 novembre 2014 : la pression monte

Reportage TV Sud sur la marche du 11 juin 2016

Rassemblement devant Décathlon Odysseum 13 septembre 2019