Ce samedi 6 juin, comme un peu partout en France et dans le monde, avait lieu à Béziers un rassemblement contre les violences policières, d'une part en réaction à l'assassinat par la police de George Floyd aux USA mais aussi en solidarité avec Mohamed Gabsi, tué lors d'une intervention de la police municipale de la ville d'extrême droite de Ménard durant le confinement.

Différentes personnes, différents syndicats, associations et mouvements politiques étaient représentés, notamment le PCF, la CGT, Solidaires, FO, EELV, le mouvement pour la paix, Cultures Solidaires, Béziers Citoyen et bien sûr Ensemble !

Après les diverses prises de paroles qui allaient plus ou moins toutes dans le même sens, une minute de silence a été observée pour Mohamed Gabsi.

 Environ 200 personnes se sont mobilisées pour l'occasion devant la statue de Jean Moulin, natif de Béziers. Un symbole puisque Jean Moulin a été torturé jusqu'à la mort par les nazis... Mohamed Gabsi a, quant à lui, trouvé la mort lors de l'intervention de la police municipale dont le maire Ménard en est d'une certaine façon le patron. Ce dernier n'a d'ailleurs pas eu un seul mot de solidarité ni de compassion pour Mohamed Gabsi.

On se souvient de l'affiche placardée dans toute la ville où l'on voyait un pistolet et une phrase précisant "la police a un nouvel ami". Un vrai appel à tuer pour la police municipale… Est-ce étonnant si Mohamed Gabsi était d'origine maghrébine, et malade ? A leurs yeux, une simple "racaille", comme ils disent dans la fachosphère ???

Les manifestant.es ne s'y sont pas trompé.es et ont défilé jusqu'à la mairie où la manifestation s'est terminée devant le parvis, le bras levé et le genou plié.

De chaque côté de l'Océan Atlantique la police a un problème avec les personnes dites de couleur. Nous n'oublions pas que c'est tout un contexte politique qui permet à des policiers d'agir ainsi. La police plus que jamais assassine les plus faibles pour préserver un monde qui est à bout de souffle. Il est temps que l'impunité cesse. Les responsables politiques d'extrême droite et extrêmes libéraux portent une responsabilité clairement établie.

 Le gouvernement Macron n'est pas indemne de critiques car ces dernières années les "bavures policières" sont nombreuses, en passant par la mort de Zineb Redouane, les yeux de Gilets Jaunes perdus à cause de tirs de policiers, la lumière et la justice qui n'a toujours pas été faite sur la mort d'Adama Traoré, les syndicalistes en garde à vue pour seul fait de manifester...

Enfin notons que la manifestation sur Béziers était un peu plus diversifiée que ce que l'on voit d'habitude, notamment avec la présence d’un certain nombre de jeunes et moins jeunes venant de quartiers populaires. Nous aurions pu souhaiter plus de participant.es au regard des enjeux. Nous regrettons que l’appel à ce rassemblement n’ait pas pu être co-organisé plus largement plutôt qu’à la seule initiative du PCF, ce qui aurait permis de mobiliser davantage de réseaux.

 Nous retiendrons que cette journée aura été une réussite. Un collectif pour Mohamed Gabsi va prochainement voir le jour à Béziers, un des enjeux sera qu'il s'insère plus largement contre toutes les violences policières.

No pasarán !

 

Gaël

béz 3

béz1

béz 2