A l'appel de Jeunesse Jamais Ne Cede, Solidaires 34, ANV COP 21 Montpellier,  Révolution Permanente Montpellier, Paul-Va Lève Toi et SUD Lycéen Montpellier, rejoints par les Mutilés Pour l'Exemple, des milliers de personnes ont défilé ce mardi 3 juin à partir de la place de la Comédie à 18h.
 
 
"Je Ne Peux Plus Respirer, Justice Pour Floyd et Adama"  était le mot d'ordre de l'appel à manifester. Beaucoup de jeunes, de toutes les couleurs, brandissant des pancartes artisanales ont scandé durant tout le parcours des slogans qui faisaient le lien entre ce qui se passe aux Etats-Unis et ici : "Police partout ! Justice nulle part !", " Tout le monde déteste la police !" (plus soft que le slogan américain ACAB : "All Cops Are Bastards !"), "Justice pour Adama !", "Black Lives Matter !", "I can't breathe !", "la Police fait son travail, ça crève les yeux !". Ce dernier slogan, issu des manifestations de Gilets Jaunes, fait bien le lien sur la question des violences policières entre  la répression aux États-Unis et la répression en France, dans les quartiers populaires et dans les manifestations de Gilets Jaunes. Des observateurs de la LDH étaient là avec leurs chasubles blancs, en solidarité et pour documenter la manifestation.

Devant la préfecture, des manifestant.e.s se sont allongés face contre terre et bras derrière le dos, en mémoire du calvaire de George Floyd. Après plusieurs passages dans le centre ville, la manifestation s'est dispersée sans incident, vers 20h30.

 

 
Les manifestant-e-s ne se trompent pas, que ce soit pour Adama Traoré ou pour George Floyd, ces violences et ce racisme ne sont pas le fait de quelques brebis galeuses. Les agressions et les meurtres racistes, commis par des policiers ou pas, et généralement couverts par les autorités politiques et judiciaires, sont trop fréquents pour ne pas faire système.
 
 
Ce soir, la police avait visiblement reçu des consignes de ne pas bouger, malgré l'interdiction de la manifestation  pour cause de Covid-19.
 
Il aurait été politiquement compliqué de charger une jeunesse en révolte contre le racisme, 10 jours après avoir laissé la Ligue du Midi  et ses discours de haine nationalistes se rassembler place de la Comédie sans intervenir, et au lendemain  du succès de la manifestation parisienne Black Lives Matter.
 
Ce n'est qu'un début, le combat continue pour obtenir justice pour Adama Traoré et toutes les victimes de la répression policière.