" Qu'une aide-soignante ou une infirmière soit tellement moins bien rémunérée et considérée qu'un trader ou un publicitaire en dit long....Si on regarde la société à partir de la situation des femmes, on se rend compte de la hiérarchie des valeurs, des normes, des métiers. Il faut que ça change ! C'est aussi la conception du pouvoir, pensée historiquement par et pour les hommes, qui doit être repensée. "

Clémentine Autain

 

Ce meeting féministe fut en tout point remarquable, remarquable d'abord par son contenu, remarquable aussi par la gauche féministe rassemblée (LFI, GénérationS, EELV, PCF, PS, Ensemble!, PCF, NPA ...) et ses liens avec le mouvement féministe et le mouvement social.

La bonne nouvelle pour celles et ceux qui ne l'ont pas suivi, c'est qu'il est possible de le voir avec le lien suivant :

https://www.youtube.com/watch?v=g-Kb4cOQEvQ

 

coronaviril

"La crise sanitaire exacerbe la réalité de nos sociétés profondément sexistes. La parole publique, le registre des réponses et les décisions sont éminemment viriles. Pourtant, derrière l’omniprésence masculine sur les plateaux ou dans les hémicycles, la contribution des femmes à la résilience collective est incontournable.

Sur le front, les gros bataillons n’ont pas des gueules de soldat. Elles sont soignantes, caissières, aide-ménagères, ouvrières du textile... avant que commence la deuxième journée à la maison où les tâches domestiques et parentales, accrues avec le confinement, sont encore très majoritairement l’apanage des femmes. Pourtant, pour penser et écrire l’après, et la domination masculine, seuls les hommes ont droit au chapitre.

Nous, femmes politiques de gauche et écologistes, en avons assez de ce monde hyper-masculinisé. Tout fonctionne comme si la vague #MeToo et toutes les luttes féministes de notre temps n’avaient pas existé. Or cette vague dit combien nous ne voulons plus être enfermées dans le silence et l'invisibilité. Nous aspirons à être des sujets à part entière de notre vie et à participer à part égale avec les hommes à la vie de la cité.

Alors on se lève et on le dit.



Des femmes feront encore une fois la démonstration de leur contribution essentielle au débat d’idées, à la culture, à l’économie, à la politique, au soin, à l’éducation, à l’information, bref à la vie collective."

*********** PROGRAMME ***************

I. MÉDIAS, POLITIQUES, EXPERTS... PLACE AUX FEMMES
- Elsa Faucillon (députée communiste)
- Lauren Bastide (journaliste)
- Claire Monod (coordinatrice nationale de Génération.s)
- Aurore Lalucq (députée européenne Place Publique)
- Dominique Méda (économiste)

II. LES FEMMES EN PREMIÈRE LIGNE
- Miriam Benammour et l’association Association Rougemont Solidarité
- Caroline Fiat (Députée GRS /LFI et aide soignantes)
- Rachel Silvera (économiste)
- Christelle Dehais (aide à domicile)
- Linda Chekalil (conductrice RATP)
- Manon Aubry (députée européenne LFI)
- Zohra Abdallah (caissière et syndicaliste Carrefour cgt sevran)
- Manue Joshua (professeur à Marseille)

III. REVALORISER LES MÉTIERS FÉMINISÉS
- Christine Poupin (porte-parole du NPA)
- Gabrielle Siry (porte-parole du PS)
- Clémence Ledoux (collectif « Les Expertes »).
- Esther BENBASSA (sénatrice EELV)
- Sophie Binet (CGT, en charge du droit des femmes)

IV. DROIT DES FEMMES
- Roxane Aksas Lundy (Génération.s)
- Sarah Durocher (co-présidente Le Planning Familial)
- Marie-George Buffet (députée communiste)
- Caroline De Haas (Nous Toutes)

V. DÉVIRILISER C'EST CHANGER DE SOCIÉTÉ
- Rokhaya Diallo (journaliste)
- Sandra Regol (secrétaire nationale adjointe d’EELV)
- Clémentine Autain (Députée Ensemble/France Insoumise)
- Mathilde Larrère (historienne)
- Marlène Saldana (comédienne)

Musique par Jeanne Chevalier !
Débat animé par "Pierre et Pablo" de la revue Regards