Thématique

La commission de régulation de l'énergie vient de prescrire une augmentation du tarif réglementés de l’électricité de 6%.

Pour les 50% des foyers Héraultais qui se chauffent à l’électricité, l’annonce n'a rien de réjouissant, et plus particulièrement pour les résidents des logements sociaux de Montpellier, équipés de convecteurs électriques.

Pour eux, ce sera la triple peine : baisse des APL , augmentation des loyers du bailleur local et enfin prix du kilowatt/heure électrique qui flambe.

Faudra-t-il qu'à l’instar des Gilets Jaunes descendus dans les rues suite à une augmentation du diesel, les locataires d'ACM battent le pavé montpellierain pour que les édiles Métropolitains se décident à isoler efficacement les logements sociaux qui dépendent d'eux, ainsi qu'à optimiser les appareils de chauffage?

Combien sont-ils, les Montpellierain-e-s qui renoncent à se chauffer convenablement de peur de voir leurs mensualités exploser leur budget?

Combien sont-il aussi, ceux qui ont recours à des chauffage d’appoint à pétrole, chers et malsains,  pour contrebalancer la faible performance thermique de leurs logements ?

Monsieur Saurel, plus qu'une gare plantée au milieu de terres agricoles, une ville moderne réclame des logements thermiquement efficaces !

Cela créerait des emplois locaux utiles et du pouvoir d'achat, sans faire appel à la CAF !

 

Montpellier a les moyens de devenir une ville des alternatives. Isolation thermique des bâtiments en commençant par les logements sociaux, création d'une régie publique de production et de distribution de l'énergie électrique et thermique à Montpellier. Pour quels objectifs ? Amorcer la transition écologique, lutter contre le réchauffement climatique, tout en luttant contre la précarité énergétique en mettant en place la gratuité des premiers kW/h et une tarification sociale et écologique des consommations.