Thématique
affiche_.31mars.jpg
 

Le mois de mars 2016 restera le mois du « nous ».

Nous pour la défense du service public SNCF par les cheminots. Nous des étudiants qui savent tout de la maxime « précaire un jour, précaire toujours », eux dont 30% d’ores et déjà travaillent en situation de précarité pour payer leurs études. Nous en force alternative à l’état d’urgence décrété après  le Bataclan. Et ce « nous » entêtant a saisi le pays qui a vécu au rythme de manifestations hebdomadaires,  de grèves dans des petites entreprises à Gap, à Manosque  jusqu’alors sous emprise patronale, de pétitions millionnaires ‘’on vaut mieux que ça ‘’, de blocages de lycées (Bellevue à Toulouse) et de facs (Tolbiac à Paris) confrontés à l’arrogance des bleus-cazeneuve  harnachés robocoop avec, pour couronner le tout, quelques jeunes des banlieues qui caillassent les polices municipales des maires sarkozystes (Montauban).

 

Le paradoxe de ce « nous » aura été d’être massif sur le terrain et majoritaire dans les esprits. Les grèves par procuration sont finies. Au fil des semaines le grand thermomètre agité par les sondeurs  a pu constater le degré invariable de la fièvre : plus de 60 % des sondés persistaient à soutenir le mouvement abolitionniste de la « La loi Travail », devenu progressivement une fronde politique refondant le Front de Gauche. Un mouvement corrosif en diable. Une sorte d’ovni où des branches entières de la cfdt rejoignent la lutte et où la conf des cadres (cfe cgc) refuse la gattazization  (grève des contrôleurs aériens menée par l’Unsa et combativité de la secrétaire général Aurélie Couderc).

 

La gauche, forte d’une vrai savoir-faire de contestations et de clivages constructifs, qui rejoue inlassablement l’affrontement des rouges contre les bleus, a une de fois de plus montré sa résistance aux attaques contre le principe d’égalité fondé par Robespierre, Saint Just et Babeuf, sa capacité à penser un modèle social qui de Corbyn en Agleterre à Podemos dans l’état espagnol donne le « la » des cahiers revendicatifs européens. La droite s’est drapée dans son souci sécuritaire. La gauche a affiché son envie de justice. Toutes les droites (Juppé95 et Macron-hyènes) déjà obsédées par les présidentielle de 2017 alors que le mouvement social porte avec fermeté  la grève générale de printemps possiblement reconductible.

lacigale.stpons@gmail.com
http://la-commune.over-blog.com/