Thématique




Le climat semble changer ces derniers jours…

Il se passe quelque chose avec l'explosion du nombre de signataires de la pétition contre la "loi travail" du gouvernement (https://www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriamelkhomri-loitravailnonmerci). Une trainée de poudre s'est propagée sur les réseaux sociaux, provoquant un peu partout sur le territoire des réunions diverses et variées afin de préparer la journée de mobilisation du 9 mars mais surtout pour envisager la suite à donner. Bien évidemment nous ne savons pas si cela va vraiment « prendre » mais il y a quelque chose qui démarre et qui d'un certain point de vue est non seulement intéressant mais également assez nouveau :
- L'irruption en France d'une mobilisation sociale via les réseaux sociaux.
- La cristallisation, dans ce mouvement, des opposants de gauche à la politique gouvernementale de casse sociale et autoritaire. Certes le cœur est le retrait de cette loi inique mais la question de l'état d'urgence est également présente et d'autres encore... Ce qui fait que la convergence entre différents secteurs, différentes thématiques est d’ors et déjà présente.

Comme dans d'autres villes, hier soir à Montpellier au local de la Barricade s'est tenue une réunion initiée via Facebook par des signataires de la fameuse pétition. Pour donner une idée du contexte, la réunion a été appelée via Facebook par un individu non politisé, sans réseau militant et pour qui visiblement c'était la première expérience de réunion politique, d'AG. Bilan : près de 100 personnes présentes, un local comble.

Beaucoup de militant-e-s du mouvement social (Solidaires, CGT, UNEF, CNT...), du mouvement politique (NPA, AL, CGA, PG, Ensemble...) mais surtout beaucoup de jeunes sans appartenance particulière, et pas forcément très politisé-e-s.

Le déroulé d'une telle réunion avec un public si hétéroclite, dans un lieu trop petit, était forcément un peu folklorique. S'en dégageait, avec des interventions parfois virulentes, parfois naïves, une fraîcheur, une énergie qui interpelle et que nous n'avons pas forcément perçue depuis quelques années. Une réunion peu commune où, au final, est ressorti au consensus :

- un appel à une marche en convergence avec la grève des cheminots, départ 11H de la gare pour aller à la Préfecture
- un rassemblement à 12H devant la Préfecture pour un départ de manif
- une manif de 12H à 14H dans le centre de Montpellier dont le trajet est à finaliser en fonction du point d'arrivée.
- l’organisation d'une AG en fin de manif pour décider de la suite (à priori suivant les disponibilités soit à la fac de droit, soit à la maison des syndicats). 
Ce qui est loin d'être rien !

Des choses se mettent en place, forcément nous ne pouvons savoir où cela va mener, et c'est peut-être tant mieux.

tract09marsMtp.jpg
 

Cette mobilisation contre la « loi travail » est potentiellement l'une des plus importantes des ces derniers années depuis 2010. Ensemble ! 34 appelle à s’y inscrire massivement.

 

Vous pouvez télécharger ici une analyse détaillée du projet de loi par notre camarade R.Abauzit, ancien inspecteur du travail.

 

Voir ici l'ensemble des articles à ce sujet sur notre site national

 

 

 

 

Communiqué de Ensemble!

Le 9 mars pour le retrait du projet de loi travail.

L'avant-projet de loi loi El Khomri est une attaque en règle contre le droit du travail, en dépit des dénégations de F. Hollande prétendant qu'« Il n’y a aucun recul social».

Ce n'est pas l'avis des 900.000 personnes qui ont signé la pétition « loi travail : non merci ».

La protection des salariéEs est sacrifiée au bénéfice de la flexibilité exigée par les organisations patronales.

Du côté de la jeunesse et des salariées, l'heure est à la mobilisation. 

Le 9 mars, plusieurs organisations de jeunesse et des syndicats organisent une journée de mobilisation. L'unité du monde du travail et la convergence des actions se mettent en marche.
« Ensemble! » sera présent dans ces manifestations pour exiger le retrait du projet de loi travail et appelle à y participer. 

La mobilisation et la pression populaires doivent se poursuivre tout au long du mois de mars pour faire échec au gouvernement.

Le recul de 15 jours de la présentation de ce projet en conseil des ministres est à mettre à l'actif de l'indignation et de l'intense protestation qui montent de toute part et qui fracture le Parti socialiste.

La vigilance est de mise. Ne laissons pas M. Valls manoeuvrer pour noyer l'enjeu politique de fond qui est la maintien d'un code du travail protecteur des droits des salariéEs. 

Faciliter les licenciements ne créera aucun emploi. 

Pour lutter contre le chômage, il faut réduire le temps de travail. Revenir aux 35 heures réelles c'est 2,5 millions d'emplois possibles. Aller vers les 32 heures, c'est 2 autres millions d'emplois. 

Il est urgent de mettre fin aux attaques antisociales de ce gouvernement et au retour à la toute-puissance d'une loi patronale digne du 19e siècle.

Urgent d'initier une démarche de rassemblement incluant des forces sociales et politiques pour refonder et reconstruire un nouvelle gauche porteuse d'un projet alternatif.

Le 2 mars 2016.

 

Et ça bouge aussi dans les villages de l'Hérault, voici l'appel de Saint-Pons de Thomière :

Cliquez ci-dessous pour lire le tract

Neuf_mars_2016_N_II.pdf

affiche_.9mars.jpg
 

9 mars, les rendez-vous en Région :

-          Toulouse : place Jeanne d’Arc à 11 h30

-          Béziers : Rassemblement à 9h30 au dépôt de Béziers – départ en manifestation vers la sous-préfecture (11h30) pour une convergence interprofessionnelle.

-          Montpellier : Rassemblement devant la gare avec les cheminots en grève à 11h00. Puis départ en manifestation vers la Préfecture pour  un large rassemblement unitaire à 12h00 et départ de manif jusqu’ à 14H dans le centre de Montpellier. Organisation d'une AG en fin de manif pour décider de la suite.

-          Saint-Pons De Thomière : rassemblement contre la loi « travail », rond-point de la route de Castres, à 11 h.

-         Nîmes : 12 h prefecture

-        Alès  : 16h 30 devant permanence député PS  rue Edgar Quinet