Thématique

Voir la vidéo Barjac

 

Voir Interview de JC Carcenac par TV Sud

 

WP_20160228_016.jpg
 

 

 

 

Cette mobilisation citoyenne était une réaction au délibéré du tribunal de Cergy-Pontoise du 28 Janvier qui permettrait à Total d’explorer à nouveau la zone immense couverte par le permis dit de Montélimar. La rapidité de la mise en place de cette riposte, comme les milliers de manifestants la veille à NDDLandes, est de bon augure pour les luttes à venir.

C’est un très bon résultat pour une mobilisation qui est restée relativement locale et interrégionale, ce que l’on peut regretter. Ce combat n’a pas encore acquis une dimension nationale pourtant au lendemain de la COP21, il faudrait être beaucoup plus nombreux-ses.

Près de 300 élu-e-s ont également participé à cette mobilisation, de nombreux collectifs et une multitude de citoyen-ne-s (majoritairement ardéchoise et gardoise et plus modestement de l’Hérault, du Vaucluse, de  la Drôme, du Var,….).

 

DSC00447.JPG
 

Toute l’après-midi, le cortège, émaillé de nombreuses pancartes aux mots d’ordre reflétant la créativité des collectifs (« Entrons en réschistance ! »), a parcouru les rues du village avant de se disperser dans le calme. Côté politique et syndical, les drapeaux étaient plus discrets mais on pouvait noter la présence visible d’Ensemble !, du Parti de gauche, d’EELV, du NPA, de la CNT, de Solidaires, d’ATTAC, d'Alternatiba, de greenpeace…

La cinquantaine de militant-e-s d’Ensemble des collectifs Ardèche méridionale, Gard et Hérault présent-e-s a distribué environ 3 500 tracts et des autocollants. Ensemble ! était la seule organisation à diffuser un tract, qui a été très bien reçu.

La lutte doit continuer ! Car il ne s’agit pas uniquement de contester la décision factuelle du tribunal, mais d’exiger une loi permettant d’en finir une fois pour toutes avec toutes les velleités d’exploiter les hydrocarbures non conventionnels : on sait en effet que si l’on veut concrétiser les engagements de la COP 21 de limiter à +1,5°C, il est impératif de limiter notre consommation de combustibles fossiles, donc de laisser 80 à 90% des réserves de ces combustibles dans le sol. Sans parler des dégâts spécifiques à la fracturation hydraulique (pollution des sols, de l’eau, déstabilisation des couches géologiques…). Cela suppose de s’engager dans une véritable transition écologique en développant notamment à grande échelle les énergies renouvelables. Au-delà, contre le capitalisme qui détruit l’être humain et la planète, Ensemble! affirme la nécessité de rompre avec la logique productiviste du système capitaliste, et propose de construire une alternative sociale, écologique, féministe, internationaliste.

NON AUX PETROLE ET GAZ DE SCHISTE    NI ICI NI AILLEURS NI AUJOURD’HUI NI DEMAIN

 

Bernard Canal.

Photos Chritine Pujol, Jean-Claude Carcenac, Ja'mi

P1300301.JPG
 
DSC00422.JPG
 

 

P1300302b.jpg
 

WP_20160228_013.jpg

 
DSC00423.JPG
 
WP_20160228_014.jpg
 
WP_20160228_021.jpg
 
WP_20160228_004.jpg
 
 
 
WP_20160228_025.jpg
 
 
WP_20160228_061.jpg
 

 

 
 
 
 
 
 
WP_20160228_069.jpg
 
WP_20160228_064.jpg
 
 
 
DSC00451.JPG
 
DSC00479.JPG
 

 

 

DSC00501.JPG
 
DSC00482.JPG
 
DSC00500.JPG
 
DSC00503.JPG
 
DSC00516.JPG
 
DSC00515.JPG
 
P1300365.JPG