La majorité soi-disant de gauche et l'opposition vraiment de droite ont voté pour. Ensemble. Tous ensemble. Par contre, après les avoir fustigés (en vain) mon pote Francis Viguie du NPA, a voté contre, avec les Verts. Inutile de vous dire que ça tangue un peu au PC.

"Nous pensons que le conseil municipal ne doit pas s'engager dans la voie de la privatisation des crèches [et doit refuser que] la gestion soit déléguée au privé même associatif. Nous demandons que la majorité de gauche porte des solutions qui vont dans le sens du fonctionnement des crèches dans le cadre du service public."" (Claude Avenante, secrétaire de la section du PCF de Montpellier.

Réponse : "Ce n'est pas de gaieté de cœur que nous avons pris cette décision qui était la moins mauvaise. Je fais confiance à Françoise Prunier (l'adjointe à la petite enfance) pour veiller à ce que le cahier des charges présente les mêmes garanties de service public et que très rapidement elle permette que cette crèche revienne dans le service public" (Michel Passet président du groupe communiste au conseil municipal.)

Karak

Le blog de Karak

......................................

Sur ce sujet :

Montpellier Crèche Joséphine Baker, la CGT contre la Délégation de Service Public votée par la municipalité

On pourra verser comme pièce supplémentaire à ce dossier ce que les candidats du Front de Gauche sur le 10e canton de Montpellier écrivent sur leur blog :


Encore une atteinte au service public de la petite enfance ???

Commentaire libre : on relèvera que, pour ces candidats du FdG, une DSP (Délégation de Service Public), c'est d'abord "La solution la plus avantageuse économiquement. Mutualiser les moyens et les compétences permet de tirer le prix à un niveau plus attractif pour une collectivité territoriale" (1). Ce n'est que dans un deuxième temps que pointe l'inquiétude que cet avantage soit, plus exactement, puisse être, un très gros inconvénient : "Mais cela peut être aussi le risque d’un abandon progressif du statut d’un personnel fonction publique". Mais, face à ce danger et à celui de perte de qualité du service public et, tout simplement, de marchandisation (excusez du peu), nos camarades s'en tiennent à un mode interrogatif (présent déjà dans le titre...) au souffle court... Et la conclusion "Restons vigilants" ne trompera personne : elle signifie d'abord et avant tout que les candidats du FdG du 10e canton de Montpellier, dont le titulaire est membre du PG 34, entérinent le vote pour la DSP de...leurs camarades communistes, adhérents bien évidemment du Front de Gauche, à la mairie de Montpellier. Communistes qui, il faut le souligner, vivent sous le régime de la majorité municipale avec le PS ...et le Modem ! On conviendra qu'on a connu le Front de Gauche beaucoup plus pugnace dans ses déclarations. Mais on comprend bien cependant que son actuelle baisse de tension politique sur les questions de DSP tient à la volonté de préserver un équilibre interne assez inconfortable.

On conclura, pour notre part, que toutes ces contorsions unitaires avec des partenaires du Front de Gauche pratiquant l'unité active avec le social-libéralisme montpelliérain rendaient bien difficile de reconduire l'unité proposée par le NPA, à ces cantonales, comme au bon vieux temps de A Gauche Maintenant ! (AGM !)

AGM !, c' était il y a moins d'un an, aux élections régionales...A cette époque-là, sans tortiller du nez, nous écrivions ensemble, PCF, PG, NPA et bien d'autres, dans notre programme commun, qu'il fallait "Privilégier le bien commun et le service public contre les intérêts privés" et qu'à la Région nous oeuvrerions à "la création d’un service public de la petite enfance, la défense et l’extension des maternelles" (2). Ni dans aucun des textes travaillés en commun dans les ateliers de préparation du programme d'AGM! ni, a fortiori, dans le programme lui-même, il n'avait jamais été mentionné que des DSP pouvaient être les "solutions les plus avantageuses économiquement". Tout simplement parce qu'AGM ! ne raisonnait jamais en termes prioritairement économiques. Son critère premier, pas second, c'était l'intérêt social des populations ! C'était bien la promotion sans réserve des services publics. C'était la rupture déclarée avec le capitalisme et le social-libéralisme ! C'était tout bonnement ce qui rendait possible l'unité entre le NPA et les composantes du Front de Gauche, unité dont celui-ci n'a plus voulu à cette étape des cantonales car, disons-le clairement, sa visée ce sont la présidentielle et les législatives de 2012. Elections, allez savoir pourquoi, qui rendent problématique la compagnie anticapitaliste du NPA et font faire au Front de Gauche le choix, à de petites exceptions près, de la division.

Antoine

(1) Ce concept-oxymore (développant une contradiction dans les termes) de la mutualisation...par le privé mériterait plus que d'être posé comme une évidence...

(2) Une région pour répondre à l’urgence sociale, écologique et démocratique

Sur un tout autre sujet mais avec le point commun du compagnonnage de certains au Front de Gauche avec des socialistes qui pratiquent le "front unique" avec le patronat local :

Doublement de l'A9. "Front unique", "Union sacrée" (Midi Libre) entre le patronat local et la gauche de l'Agglo de Montpellier