Thématique
Agde La communauté gitane face à la future loi Loppsi II : un texte « discriminatoire » (Midi Libre)

7 janvier : compte rendu de la conférence de presse du 6 janvier, Manif Les 'anti-Loppsi 2' redescendent dans la rue (Midi Libre). Autre article : Polémique sur les incidents (ML)

Communiqué du Collectif "nomades et citoyens en mouvement"

Cette nouvelle loi sécuritaire n'est autre que l'arme de destruction massive dont Sarkozy avait besoin pour éliminer ceux qui vivent (par choix ou par contrainte), pensent et agissent différemment du système actuel, outil d'oppression des plus pauvres!

Mobilisés dans un premier temps sur l'article 32ter (interdiction du choix d'habitation en camion, yourte, tipi, autoconstruction...) nous, nomades, nous sommes informés sur l'ensemble de la loi;

-censure d'internet sous couvert de lutte contre la cybercriminalité, mouchards dans nos ordinateurs

-plus de pouvoir aux policiers municipaux, généralisation de la vidéo-surveillance et assouplissement des conditions de visionnage (le préfet pourra activer les caméras et interdire les rassemblements pour cause de "troubles à l'ordre public"), couvre-feu pour les mineurs de 13 ans, procédures judiciaires simplifiées ("on" ne passe plus devant le juge! C'est l'Etat policier dans toute sa splendeur!)...

-création du délit de "vendeur à la sauvette", fermeture facilitée des épiceries de nuit en cas de "troubles à l'ordre public", etc.


Illustration : http://www.maelable.fr/loppsi/loppsi2.jpg

Il y a fort à parier que les "troubles à l'ordre public" se multiplieront dans les mois qui viennent puisque discuter à plusieurs sur un trottoir sous le périmètre d'une caméra de vidéosurveillance pourra être considéré comme un "trouble à l'ordre public" si vous n'exécutez pas les ordres de dispersion de la police!

Vous pourrez également "troubler l'ordre public" en vous indignant d'une rafle policière dont vous êtes témoin ou bien encore en manifestant dans la rue votre indignation qu'une telle loi soit votée dans l'indifférence générale et en informant la population de ses effets... (exemples concrets et réels!)

Si aujourd'hui nous avons choisi de nous monter en collectif c'est, tout d'abord, parce que l'union fait la force et que face à cet Etat policier il faut s'organiser! Et ensuite, parce que chaque citoyen qui compose ce collectif, a "troublé l'ordre public" ces dernières semaines tout simplement parce qu'il s'indigne qu'en France, pays des droits de l'Homme et du citoyen, une loi qui le déclare "illégal", "hors la loi", puisse être votée!

Aucun être humain n'est illégal! Ni par son choix de vie, ni par son choix d'habitat, ni par son choix de penser et d'agir différemment!

Parce qu'aujourd'hui en France les droits de l'Homme sont morts, parce que la chasse à l'"étranger" voulue par Nicolas Sarkozy s'accélère (il a commencé en 2002 avec ses lois sécuritaires, il poursuit avec LOPPSI2 pour organiser sa solution finale!)

Collectif "nomades et citoyens en mouvement"

(L'Hérault du Jour du 7 décembre)

APPEL CITOYEN

Nous, nomades, citoyens en mouvement, victimes d’exclusion par le logement, par notre mode de vie, par notre ethnie, par nos convictions humanistes de liberté et nos convictions écologiques, nous avons fait le choix de créer le collectif éphémère « nomades et citoyens en mouvement » afin de dénoncer la loi « Loppsi2 » qui méprise, bafoue nos libertés individuelles et publiques et instaure un contrôle généralisé de l’ensemble de la population avec ce nouvel Etat policier ; surveillance d’internet, mouchard dans nos ordinateurs, plus de pouvoir aux policiers municipaux, triplement des caméras de surveillance, couvre-feu pour les mineurs de 13 ans, fermeture facilitée des épiceries de nuit, création du délit de « vendeur à la sauvette », interdiction de mode d’habitat « choisi »… La chasse à « l’étranger » voulue par Nicolas SARKOZY s’accélère…

Par l’article 32Ter de la loi LOPPSI2 (Loi d’Orientation pour la Programmation et la Performance de la Sécurité Intérieure) le gouvernement met en œuvre l’extermination sociale des plus pauvres, des précaires, des plus démunis, de ceux qui cherchent une alternative à ce système d’oppression capitaliste par leur choix d’habiter, d’éduquer, de se soigner, de manger, de penser, de vivre « différemment » tout simplement !

Cet article criminalise tout abri « hors norme » en créant une catégorie de « logements illicites ». Il sera désormais hors la loi de se loger en France dans une cabane ou tout local auto-construit non inclus dans le code normatif de l’urbanisme, et même sous une tente, qu’il s’agisse d’un abri de fortune ou d’une yourte écologique.

La loi autorisera l’expulsion des personnes et des familles vivant dans ces habitations sous 48h (se moquant de la trêve hivernale et sans obligation de proposer une solution de relogement ou d’hébergement) et autorisera la destruction de leurs biens s’ils ne se soumettent pas à cette décision arbitraire (car cette loi viole le droit de tout citoyen à une procédure équitable et contradictoire, où chacun peut expliquer sa situation et ses choix devant un juge).

La destruction des habitats « précaires » inaugure une violation de domicile « légale » sous des prétextes répressifs.

Alors que le bilan de la loi DALO (Droit au Logement Opposable) est catastrophique,

Alors que le gouvernement augmente les taxes sur les HLM,

Alors qu’il détourne le 1% logement vers les plus aisés,

Alors que la loi SRU est bafouée,

Alors que les quartiers « difficiles » sont piégés en ghettos de violence.

Cette nouvelle loi étend les discriminations ethniques, ordonnées par les circulaires Hortefeux contre les camps de Roms et des gens du voyage, à toute personne sur le territoire français qui se loge par ses propres moyens et selon ses convictions.

Le gouvernement profite de la xénophobie à l’égard des Roms pour amplifier sa chasse aux différences, englobant toute expression de la contre-culture. Car cette loi vise et stigmatise clairement l’avant-garde d’une transformation de société, engagée dans des modes de vie sobres et éthiques (transformation pourtant appelée par tous les experts de la préservation du climat, des ressources et de la bio-diversité !). L’éradication autoritaire de toute forme de solutions spontanées, de toute alternative au mode conformiste d’habiter constitue une mesure radicale extrêmement grave qui, en éliminant toute forme d’inventivité populaire ainsi que toute visibilité des catégories sociales les plus exposées, enraye le processus de résolution des conflits environnementaux et sociaux et d’élaboration de « solutions locales pour un désordre global ».

Nous appelons toutes les forces citoyennes, militantes et les organisations qui se reconnaissent dans ce combat pour le droit, l’égalité, la justice et la liberté à se joindre à nous, à se rassembler et à se mobiliser contre la loi LOPPSI2 jusqu’à la victoire ! CETTE LOI NE DOIT PAS PASSER !!!

Le Collectif éphémère « nomades et citoyens en mouvement ».

...............................

LOPPSI II ET VIOLENCES POLICIERES DE MONTPELLIER : COMMUNIQUE DE PRESSE DU NPA34