Image

 

Non à l’extension du port de commerce

 

Venez manifester avec nous

le Samedi 25 Janvier à 10h30 devant la mairie de Port la Nouvelle

(départ à vélo à 8h45 du Théâtre de Narbonne)

Exigeons un moratoire immédiat sur les travaux qui débutent

 

Carole Delga, présidente de notre région, après deux mois d’un silence assourdissant, a fini par répondre à notre lettre ouverte demandant un moratoire sur les travaux engagés pour l’extension du port de commerce de Port la Nouvelle. Nous lui avons répondu en lui rappelant les raisons fondamentales de notre opposition à ce projet pharaonique qui met en danger les lagunes de Bages-Sigean et qui jette par les fenêtres plusieurs centaines de millions d’Euros d’argent public. Tout ceci pour un projet portuaire vide de sens. Projet qui avance masqué derrière le projet de construction de sept éoliennes expérimentales qui ne nécessite en rien l’extension portuaire déraisonnable dont les travaux débutent. Nos positions sont les suivantes :

 

- Oui, Port la Nouvelle peut devenir un « spot » d’excellence en matière de transition écologique et énergétique par le développement de l’éolien flottant, de la production d’hydrogène, des bateaux du futur, du recyclage des bateaux de plaisance…

 

- Mais l’encouragement actif à la croissance des importations d’hydrocarbures, d’agrocarburants, et des exportations de blé dur doit cesser. Cette position s’appuie sur deux modèles économiques périmés et en déclin rapide : l’agriculture intensive et exportatrice et le « toujours plus » d’importation d’hydrocarbures. Au nom de l’indispensable transition écologique, la promotion de ces deux modèles est  absurde et toxique.

Le projet de « grand port » doit être abandonné.

 

- Au plan de l’éolien flottant, selon les plans actuels, en 2022, 10 éoliennes expérimentales seront installées au large de Leucate / Barcares, Gruissan / Port la Nouvelle et Fos sur Mer pour un total de production de 78 MW.

Une nouvelle tranche de 250 MW sera réalisée à horizon 2030 / 2032. Ces choix technologiques et contraintes de fabrication ne seront connus que dans quelques années, à l’issue de la phase expérimentale en cours.

Le projet pharaonique de la région prévoit de réaliser tout de suite un très vaste enclos portuaire bordé par plus de 3 km de digues inamovibles en mer. Il rigidifie définitivement la géométrie du « grand port » sans connaître son adaptation aux contraintes techniques des futurs parcs éoliens d’exploitation.

Notre demande de moratoire vise donc à étudier une solution beaucoup plus économique et adaptative se limitant à réaliser tout de suite un espace dimensionné et adaptatif  pour satisfaire exclusivement à la construction des 7 éoliennes expérimentales.

Depuis des mois les services régionaux refusent d’étudier cette trajectoire adaptative et de « bon sens », alors que leurs propres études et timing de mise en œuvre montrent qu’elle est possible.

 

- Au plan de la transition écologique, il n’est plus acceptable en 2020 que des collectivités locales, engagent des projets de plusieurs centaines de millions d’Euros sans se préoccuper de chiffrer, avant toute décision,  leur bilan d’émission de gaz à effet de serre.

Le bilan écologique de l’extraction et du charroi, sur des centaines de km, des 4.110.000 tonnes de matériaux de carrière, de la mise en œuvre des 530 000 t de béton n’a jamais été réalisé.

Des technologies et un dimensionnent de digues moins consommateurs en matière de gaz à effet de serre (digues flottantes, digues à caissons…) doivent être étudiées et comparées avec la solution que la région a retenue : plus de trois kilomètres de digues fixes et inamovibles.

Par ailleurs, malgré toutes les allégations des services régionaux, le taux de renouvellement des eaux des lagunes de Bages et Sigean n’a pas été étudié et le risque écologique induit est évident.

 

- Au plan financier le projet est un gouffre à la dérive : déjà 55 millions d'euros de surcoût par rapport aux estimations initiales concernant la construction des digues !!  L’exploitation portuaire future sera sûrement largement déficitaire. Selon les plans de la région, les opérateurs privés bientôt engagés dans l’exploitation du port, engrangeront les profits et les finances publiques régionales seront lestées par les déficits à venir.

 

Et puis il y a l’intoxication et la propagande éhontée des élus régionaux qui clament à tout va leurs slogans ineptes et mensongers : « les 3000 emplois créés », « le port de la transition énergétique »….

Le grand port ne créera pas d’emploi pérenne, ce sont les activités futures dédiées à la transition énergétique qui en créeront. Elles le feront par dizaines ou par petites centaines d'emplois au plus. Le reste est mensonge. Nous soutenons ces activités mais elles n’ont rien à voir avec le projet de « grand port. ».

 

Venez manifester avec nous

le Samedi 25 Janvier à 10h30 devant la mairie de Port la Nouvelle

Exigeons un moratoire immédiat sur les travaux qui débutent

 

Ce moratoire permettra de redéfinir le projet et de choisir enfin les meilleures solutions écologiques, économiques et financières pour la construction des sept éoliennes expérimentales.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
  "Le collectif BTP, Balance Ton Port La nouvelle se bat contre un projet d'extension portuaire qui va coûter 500 millions d'argent public aux collectivités locales d’Occitanie (c'est équivalent au projet de Notre Dame des Landes ) et qui va mettre en péril une zones des plus fragiles du littoral languedocien avec ses étangs lagunaires.
 ce grand projet est basè sur deux piliers d’activité productiviste libérale, énergivore et polluante : tripler les exportations de blé dur et tripler aussi les importations de pétrole et d'agro-carburants .
Le maître d'oeuvre : le Conseil régional d' Occitanie mené par une coalition PS - EELV - PRG dont s'est retirée la France Insoumise devant imbécillité économique de ces objectifs et l’incohérence flagrante du discours écolo de la région, celle-ci a ajouté au projet 7 éoliennes off shore qui seraient montées sur un nouveau quai de 400 m de long dans le port. Tout ça pour faire avaler le projet aux écolos de la région. 
A peine 2 % d'entreprises locales ont répondu aux appels d'offre de ce projet colossal , le reste est conclu avec Bouygues. 
Le collectif BTP affirme que ces éoliennes n'ont pas besoin d'un nouveau port, celui de Sète existe déjà, qu'il est inutile et dangereux de construire une digue immense de 3,2 km , de déplacer 11 millions de mètres cube de sédiments marins pour recreuser un port qui ne servira à rien, que ces travaux mettent en péril les étangs de Bages -Sigean, que ce site classé déjà trois fois SEVESO en contact direct avec la réserve naturelle de Sainte Lucie et le parc régional de la Narbonnaise est une folie industrielle. 
le collectif BTP demande un arrêt immédiat des travaux et un moratoire sur ce projet. 
Nous demandons la réaffectation des subventions publiques dédiées à ce projet inutile sur des utilités sociales ,écologiques et de relocalisation de l’économie régionale. 
Nous refusons aussi la privatisation du port décidée par la région."
 
 
   
 
"Pour dénoncer cette gabegie, pour dire NON à ce massacre annoncé du littoral, pour dire NON à l’entrée des pétroliers géants dans le port , pour dire NON aux exports subventionnées mais OUI à la souveraineté alimentaire et OUI à la relocalisation, pour dire OUI au soutien d'une agriculture paysanne OUI au soutien de la pêche artisanale traditionnelle. OUI aux activités socialement utiles 
  VENEZ manifester à PORT LA NOUVELLE le 25 janvier à 10h30 devant la Mairie"

 
Petite video réalisée par Alternatiba Narbonne :
 

 
pour la Conf Paysanne de l 'Aude 
pour le collectif BTP
Pascal Pavie
06 87 87 79 32
 
 
Dates
25 janvier 2020 - 10:30
Adresse
Devant la mairie