Thématique

Le Centre Démocratique Kurdistan de Montpellier  a manifesté pour denoncer la sale guerre de la Turquie contre les Kurdes.

_cid_8F10B6D8-D4E5-48E9-8576-F34C510CEE06_home.jpg
_cid_8F10B6D8-D4E5-48E9-8576-F34C510CEE06_home.jpg, sept. 2015
11.jpg
11.jpg, août 2015

 

Ci-dessous, le communiqué du Centre Démocratique Kurdistan de Montpellier, ainsi qu’un article paru sur le site national de Ensemble !

Voir aussi sur notre site :

Solidarité avec le peuple kurde : Rencontre avec l’association Centre Démocratique Kurde de Montpellier

Communiqué du centre démocratique Kurdistan de Montpellier

Massacres, opérations militaires, blocus, arrestations, pogroms, actes de vandalisme, …

Halte à la sale guerre de la Turquie contre les Kurdes !

L’AKP, le parti islamiste d’Erdogan n’ayant pas obtenu la majorité gouvernementale aux dernières élections législatives du 7 juin 2015, le Président turc a déclaré la guerre aux Kurdes qu’il tient pour responsables de sa défaite, et décidé la tenue d’élections anticipées prévues le 1er novembre 2015.

A partir du 24 juillet 2015, sous couvert de lutte contre le terrorisme, Erdogan a lancé une guerre sale contre les Kurdes, rompant ainsi le processus de paix pour lequel la partie kurde avait fait maints efforts et concession durant les deux ans et demie de négociations. Depuis cette date, l’armée turque bombarde quotidiennement les bases de la guérilla kurde au Sud-Kurdistan (Irak), violant impunément les normes les plus fondamentales du droit international.

798319--.jpg
798319--.jpg, août 2015

Parallèlement à cette campagne militaire qui a causé la mort de plusieurs civils, l’Etat turc sème la terreur au Kurdistan et provoque la haine et la violence contre les Kurdes partout en Turquie. A cours des deux derniers mois, près de 1 500 militants du HDP (Parti démocratique des Peuples), dont 7 Maires, ont été arrêtés. Plusieurs villes du Kurdistan ont été placées sous état d’urgence. La police et l’armée turques y mènent une répression sanglante qui n’a rien à envier à celle des années 90. Jusqu’à présent, plus de 50 civils, dont de nombreux enfants, ont été tués et des centaines ont été blessés, la plupart par des tireurs d’élite de la police embusqués sur les toits.

La ville de Cizre est soumise à un blocus depuis une semaine. Les habitants n’osent plus sortir de chez eux de peur d’être visés par les snipers de la police. Plusieurs personnes blessées sont mortes, faute de pouvoir se rendre à l’hôpital. Alors qu’une délégation du HDP comprenant des élus et des ministres, est en marche vers la ville dans l’espoir de mettre fin au blocus, les forces de sécurité continuent à terroriser la population : rien qu’au cours de la nuit dernière, 8 personnes ont été tuées, ce qui porte à 16 le nombre de civils tués dans cette ville depuis une semaine.

Par ailleurs, dans l’ouest de la Turquie, on assiste depuis trois jours à des actes de violence et de vandalisme sans précédent contre les Kurdes et le HDP. Au moins trois personnes ont été tuées et des centaines blessées dans des attaques commises par des foules enragées auxquelles la police a participé à certains endroits. De nombreuses habitations, commerces et établissements appartenant à des kurdes ont été détruits ou dégradés. Près de 178 bureaux du HDP ont été attaqués, leurs enseignes ont été détruites et remplacées par des drapeaux turcs. Plusieurs de ces bureaux ont été incendiés.

 

 

_cid_7E6611E7-13AD-428C-BCB5-E0DE7B8E08BE_home.jpg
_cid_7E6611E7-13AD-428C-BCB5-E0DE7B8E08BE_home.jpg, sept. 2015

C’est la première fois depuis le début du conflit entre l’Etat turc et le mouvement de libération kurde il y a 32 ans, que l’on assiste à des violences contre les Kurdes commises à une aussi grande échelle. Ces pogroms menés de façon planifiée et coordonnée sont le résultat des provocations d’Erdogan qui cherche à diviser la société en attisant des conflits interethniques et en stimulant le racisme anti-kurde.

Nous appelons la communauté internationale à agir immédiatement pour que la Turquie cesse ses attaques contre les Kurdes et prenne des mesures pour mettre un terme aux pogroms et aux actes de vandalismes dirigés contre les Kurdes

Nous appelons la France, l’Union européenne et les Nations-Unies à faire pression sur la Turquie pour qu’elle arrête cette guerre sale et reprenne les négociations avec le mouvement Kurde afin de trouver une issue politique au conflit.

Nous invitons les médias à couvrir la guerre au Kurdistan et à rendre compte des violences et des crimes commis contre le peuple kurde.

Centre Démocratique Kurdistan de Montpellier / 14 rue François Coppée Montpellier

 

 

_cid_AEFADB2C-C56C-4CA7-8920-B1139F75FE4F_home.jpg
_cid_AEFADB2C-C56C-4CA7-8920-B1139F75FE4F_home.jpg, sept. 2015

Alerte rouge en Turquie ! La répression étatique et les bandes fascistes main dans la main.  

Article paru su le site national de Ensemble !

 

En ce matin de 9 septembre 2015, il est difficile d’avoir tous les détails, tous les décomptes, tous les témoignages mais une chose est sûre : ces derniers jours et particulièrement dans la nuit du 8 au 9 septembre, une nouvelle phase a été atteinte dans la fuite en avant du régime d’Erdogan. Les attaques contre les Kurdes et contre le HDP, principale force d’opposition politique regroupant le mouvement de libération kurde, les courants marxistes et des démocrates, ont été très violentes et nombreuses.

Cette nuit, dont rien n’indique qu’elle soit la dernière, a été le sommet du mouvement de crescendo initié par la répression militaire et policière dans le Kurdistant turc où plusieurs localités sont en état de siège et où les civils meurent. Le PKK, dont les camps sont bombardés par l’armée turque, a répliqué en causant la mort de dizaines de policiers et de militaires. Le parlement turc a voté l’extension de « l’autorisation » pour l’armée turque à agir au-delà des frontières, concrètement contre les troupes kurdes du PKK en Irak et du PYD dans le Rojava, avec le vote favorable de l’AKP, des ultranationalistes du MHP… et du « centre-gauche » CHP (qui a rappelé son caractère nationaliste à cette occasion, 20 de ses députés ont néanmoins refusé de prendre part au vote en protestation). Seul le HDP a voté contre, confirmant son statut de seule véritable opposition.

Mais ce qui a cours va bien au-delà de l’affrontement entre l’appareil répressif de l’Etat turc et la guérilla. En effet, ces derniers jours se sont multipliés les pogroms meurtriers anti-kurdes, dans les villes à majorité turque, commis par des groupes chauffés à blanc et dirigés par des bandes fascistes 60 ans après les émeutes anti-grecs de 1955 à Istanbul. Il ne s’agit pas de cas isolés mais d’une véritable vague qui ne doit rien au hasard dans une grande partie des villes turques et sous le regard de la police. Un sous-préfet a qualifié le lynchage de saisonniers kurdes de « réaction émotionnelle ». A Istanbul, des fascistes défilent au cri de «Nous ne voulons pas d’opérations (de police), nous voulons un massacre ». Cette vague vise bien sûr également le HDP. Le journal pro-gouvernemental Yeni Safak a titré « L’assassin sera nettoyé » avec une photo de Selahattin Demirtas, co-président du HDP. Des dizaines de locaux du HDP ont été attaqués, sinon saccagés ces derniers jours. Les exemples sont innombrables et vont au-delà de l’attaque contre le siège national du HDP dont il est question dans la presse. Par exemple, les locaux du HDP ont été brûlés à Kirsehir (Anatolie occidentale), à Cayirova (département de Kocaeli, Marmara) les partisans d’Erdogan ont attaqué les locaux du HDP avec des drapeaux de l’Etat islamique et en criant « Allah est grand » . Ce dernier exemple, qui n’est pas isolé, illustre comment la démarche stratégique de l’EI consistant à s’appuyer sur le nationalisme turc a trouvé un terrain fertile dans le régime d’Erdogan, héritier de la tradition de la synthèse « islamo (en fait sunnite)-nationaliste » autoritaire de l’Etat turc. Le ressort n’est pas seulement religieux, il est aussi (surtout) nationaliste, c’est ce qui fait qu’un ouvrier agricole kurde de 76 ans a pu être lynché alors qu’il faisait sa prière…

Mutation du régime turc vers le fascisme ?

Ertugurul Kürkcü, député d’Izmir du HDP, issu de la tradition de la gauche marxiste, a évoqué « la Nuit de cristal de l’AKP ». Si le parallèle peut être discuté, l’essentiel est bien que nous assistons à une mutation du régime turc. Erdogan a mobilisé autre chose que l’Etat : des bandes d’irréguliers fascistes hors des structures traditionnelles de l’AKP et de la police mais couverts par ceux-ci. Il s’agit de la continuité des bandes agressant les manifestants de Gezi, dont la portée s’est élargie sous couvert de pseudo solidarité avec la Syrie, mais en réalité de soutien à l’EI et de combat anti-kurde. Ces forces qui ont commencé à se déchaîner ne sauraient, quoiqu’il arrive, rentrer paisiblement dans leur lit. Le tableau brossé – pogromes, saccage de commerces kurdes, destruction des locaux du HDP, défilés de fascistes en pleine rue – indique que nous assistons à une mutation du régime turc, qui tend vers le fascisme.

Cette indication nécessite des précisions. Premièrement, une grande partie de la gauche radicale de Turquie (et au-delà) a souffert de proclamer tout le temps et toujours le caractère fasciste de l’Etat turc s’empêchant de voir les changements réels et d’avoir une réflexion stratégique adaptée. Cette tendance peut à nouveau être aveuglante. Ce qui est en train d’émerger n’est pas juste une reproduction du passé, quelque soit le caractère sanglant, répressif et anti-kurde de ce passé. La dynamique en cours est distincte d’une répression étatique, même à échelle de masse, et s’inscrit dans un affrontement bien plus large que les horreurs commis dans les pogroms anti grecs de 1955. De même, bien qu’organisation ennemie, aucun analyse sérieuse ne pouvait permettre de caractériser l’AKP comme « fasciste » lors de son arrivée au pouvoir. Ainsi, cette mutation est initiée par le parti déjà au pouvoir, ce qui est une situation assez originale

Deuxièmement, cette mutation prend la forme spécifique d’un pays de la périphérie capitaliste où la grande bourgeoisie n’a jamais réussi à acquérir un rôle indépendant quel que soit son niveau d’accumulation de capital.

Troisièmement, cette mutation tend vers un fascisme islamo(sunnite)-nationaliste, où donc le lexique de la religion joue un rôle indéniable? Cela ne valide pas pour autant son usage extensif envers des acteurs réactionnaires musulmans en Europe. Le fascisme est, par définition, l’œuvre de groupes dominants comme le sont les Turcs sunnites en Turquie.

Enfin, cette mutation du régime n’est pas aboutie : non seulement le HDP, les organisations kurdes, démocratiques et révolutionnaires résistent et n’ont pas capitulé, mais les populations, surtout celles qui sont attaquées, kurdes et alevis (minorité religieuse chiite hétérodoxe) s’opposent également. Le quartier de Tuzluçayir à Ankara, où la pression pogromiste est extrêmement forte, est emblématique de cette résistance.

Pour stopper ce qui est en cours, un cadre de réaction et de solidarité unitaire large doit agir qui doit tout mettre en œuvre pour stopper cette descente aux enfers.

Emre Öngün